L'actualité de la création d'entreprise

S'abonner à flux L'actualité de la création d'entreprise L'actualité de la création d'entreprise
L'actualité de la création/reprise d'entreprise par l'Agence pour la création d'entreprises (AFE), revue de presse, manifestations, actualité juridique...
Mis à jour : il y a 2 heures 8 min

Aides pour les entreprises impactées par le "Coronavirus COVID-19"  

ven, 03/06/2020 - 00:00
Afin de faire face à l'épidémie du  Coronavirus COVID-19 et ses conséquences sur l'économie française, le gouvernement a annoncé un certain nombre de mesures visant à aider les entreprises fortement impactées par cette épidémie. 

Ces mesures visent à soutenir et accompagner les entrepreneurs en difficultés avérées, plusieurs solutions sont envisagées :

-    le report des échéances sociales et/ou fiscales ;

-    la mise en place d'un plan d'étalement de créances ;

-    l'obtention ou le maintien d'un crédit bancaire via Bpifrance , qui se portera garant des prêts de trésorerie dont les entreprises pourraient avoir besoin, un numéro vert (0 969 370 240) a été ouvert à cet effet ;

-    etc.


L'ensemble des mesures envisagées sont précisées dans un communiqué de presse commun du ministère de l'économie et des finances et de la direction générale des entreprises (DGE), consultable ici .

Par ailleurs, Bpifrance création vous recommande de suivre régulièrement l'actualité du site du ministère de l'économie dédiée au Coronavirus COVID-19.

Comment préparer un projet d'investissement ?

ven, 03/06/2020 - 00:00
Votre activité augmente et vous souhaitez optimiser votre capacité de production ? Vos équipements ont besoin d'être renouvelés ou modernisés ? Une décision d'investissement doit se préparer pour ne pas fragiliser l'activité et favoriser son financement.

La franchise offre des opportunités pour entreprendre

ven, 03/06/2020 - 00:00
Vous êtes à cours d'idée ? Visitez un salon consacré à la Franchise ! Le prochain se tient ce mois-ci à Paris, profitez-en pour découvrir des secteurs en vogue et identifier ce qui marche en ce moment. Mais attention, entreprendre en franchise nécessite d'être vigilant. Informez-vous et suivez nos conseils dans ce dossier ! 

5 conseils pour réussir les premiers mois de sa reprise d'entreprise

ven, 03/06/2020 - 00:00
Vous venez de signer l'acte de cession. Félicitations ! Vous allez désormais devoir prendre l'entreprise en main et démarrer votre nouvelle vie de repreneur. 

Suivez nos 5 conseils pour réussir les premiers mois de la reprise d'entreprise : 

Passez-vous le relais : dans le cadre d'un contrat d'accompagnement il vous faudra gérer la période de transition pour signifier le départ du cédant et votre arrivée
Ne vous inquiétez pas , c'est normal si le chiffre d'affaires risque de souffrir après la reprise 
Prenez votre place et faites appel à votre expérience de la gestion d'équipes et de l'exercice du pouvoir
Soignez les premières heures , ne perdez pas une minute pour rencontrer tous les salariés
Communiquez ! Si vous ne le faites pas assez, on le fera à votre place : les bruits de couloir véhiculeront toutes les désinformations possibles

Chefs d'entreprise : ce que la loi Pacte change pour vous !

mer, 03/04/2020 - 00:00
Simplification, digitalisation et croissance sont les maîtres mots des mesures du Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises (Pacte) , en vigueur depuis le 1er janvier 2020. Que vous soyez micro-entrepreneur , commerçant, artisan, entrepreneur individuel , repreneur ou dirigeant de PME ou d'ETI, voici 10 nouveaux dispositifs qui vont vous aider à développer votre esprit de conquête?et à doper la croissance de votre société. 

 

1/ Suppression du seuil des 20 salariés au 1er janvier 2020 

C'est une des mesures phares du Pacte. Le seuil de 20 salariés considéré comme un frein à l'embauche en cas de forte croissance d'une TPE ou PME tombe dans les oubliettes. 

Désormais, les seuils sont limités à 11, 50 et 250 salariés, le mandataire social n'étant pas pris en compte dans le calcul des effectifs, quel que soit le statut de l'entreprise. Seules les entreprises de 50 salariés et plus doivent ainsi disposer d'un règlement intérieur, cotiser au Fonds national d'aide au logement (Fnal) ou encore mettre à disposition un local pour la restauration de leurs salariés.  

Le mode de calcul des effectifs est harmonisé sur celui du code de la sécurité sociale. Les entreprises dont le nombre de salariés fluctue sont protégées?: les obligations sont effectives lorsque le seuil est franchi pendant 5 années civiles consécutives.  

 

2/ PME, décrochez des marchés publics?! 

Les avances versées aux entreprises qui travaillent dans le cadre de marchés conclus par l'État passent de 5% à 20% lorsque le montant initial du marché est supérieur à 50 000 € HT et sa durée d'exécution supérieure à deux mois. Cela devrait vous ouvrir un nouveau terrain de jeu pour développer votre activité en toute sécurité.  

Par ailleurs, la facturation électronique contribue à améliorer la trésorerie des entreprises en sécurisant les délais de paiement et en limitant les relances et les litiges occasionnés par des formats de facture distincts.De plus, l'introduction d'une norme européenne de facture électronique pour les entreprises représente une source de simplification de l'exécution des contrats de la commande publique . 

Un portail public de facturation permet le dépôt, la réception et la transmission des factures électroniques. Celui-ci est désormais accessible à toutes les entreprises via la plateforme Chorus Pro . 

 

3/ Des seuils de certification légale des comptes relevés  

Ils s'alignent sur le droit européen, quel que soit le statut juridique de l'entreprise et suppriment une charge conséquente (5 500 € en moyenne) pour les petites entreprises qui pourront se passer des services d'un commissaire aux comptes.  

Seules les entreprises dépassant, à la date de la clôture d'un exercice, 2 des 3 seuils suivants seront obligées de recourir à un commissaire aux comptes pour certifier leurs comptes annuels :? 

- Total bilan > 4 M€  

- Chiffre d'affaires > 8 M€ HT  

- Nombre de salariés > 50  

Le recours à un commissaire aux comptes reste toujours obligatoire pour les sociétés mères contrôlant des filiales, conformément aux seuils européens. 


4/ Les soldes passent de 6 à 4 semaines.  

Si vous êtes un commerçant indépendant notamment installé au c?ur d'une ville moyenne, cette mesure devrait vous réjouir. Limiter la durée des soldes va doper votre visibilité et par conséquent muscler votre chiffre d'affaires actuellement menacé par : 

- la montée en puissance du e-commerce et de la ventre entre particuliers,

- les nombreuses promotions toute l'année,

- les ventes privées qui commencent avant la date officielle des soldes.  


5/ Innover, toujours et encore?! 

Les chefs d'entreprise français déposent 4 fois moins de brevets que leurs homologues allemands et seulement 21 % des brevets d'invention en France sont déposés par des PME.  

Le Pacte change la donne avec la publication du décret du 8 janvier 2020 qui détaille les mesures créant une demande provisoire de brevet ainsi que celles relatives à la transformation d'une demande de certificat d'utilité en demande de brevet d'invention.  

Ainsi la création d'une demande provisoire de brevet d'une durée limitée à 12 mois simplifie et réduit le coût de dépôt d'un titre de propriété industrielle pour une PME. La demande de brevet peut ensuite être complétée, à mesure que l'entreprise avance dans son instruction, tout en préservant le bénéfice de l'antériorité. Cette mesure entrera en vigueur le 1er juillet 2020. 

Par ailleurs depuis le 11 janvier  2020, le certificat d'utilité est allongé de 6 à 10 ans et peut à terme se transformer en brevet. 

De plus, il sera plus simple et moins cher d'attaquer les brevets de faible qualité et dépourvus d'inventivité de vos concurrents. Une nouvelle procédure d'opposition devant l'Institut National de la Propriété Industrielle (INPI) est lancée, ce qui constitue pour une PME une alternative plus économique que le recours judiciaire. 

Finalement, pour financer les innovations de rupture qui assureront la croissance de demain (l'intelligence artificielle, par exemple), le Fonds d'innovation et de l'industrie (un ensemble d'actifs de 10 milliards d'euros) devrait proposer à travers Bpifrance de nombreuses subventions, prêts et avances remboursables aux dirigeants de startups deep-tech. 

 

6/ Simplifier la reprise d'entreprise 

Alors que les transmissions patrimoniales atteignent plus de 50% en Allemagne et en Italie, elles ne sont que de 14% en France. Le Pacte entend simplifier et fluidifier la transmission d'entreprise à travers plusieurs mesures. Ainsi, les cessions d'entreprise à titre gratuit, c'est-à-dire entre membres du pacte Dutreil sont facilitées et leurs obligations déclaratives assouplies. 

Par ailleurs, le seuil du nombre minimum de salariés qui souhaitent racheter leur entreprise et bénéficier du crédit d'impôt est supprimé. 

Pour finir, les conditions d'éligibilité à l'étalement des impôts et des prélèvements sociaux sur les plus-values de cessions d'entreprise, dans le cadre d'un crédit vendeur, sont désormais élargies. 


7?/Motiver les salariés en partageant mieux les richesses 

Seuls 16 % des salariés des entreprises de moins de 50 salariés sont concernés par au moins un dispositif d'épargne salariale, intéressement ou participation aux résultats de leur entreprise. La suppression du forfait social (taxe à 20%) pour les entreprises de moins 250 salariés qui mettent en place un accord d'intéressement depuis le 1er janvier 2019 incite les PME à mieux associer les efforts des collaborateurs à la réussite de leur entreprise.? 

Mieux encore, le forfait social est supprimé pour les entreprises de moins de 50 salariés et porte sur l'ensemble des versements d'épargne salariale (intéressement, participation et abondement de l'employeur sur un plan d'épargne salariale). Cette mesure prévue par la loi de financement de la sécurité sociale pour 2019 et adoptée dans le cadre la loi Pacte est en vigueur depuis le 1er janvier 2019. 

Cette mesure est une excellente nouvelle pour l'ensemble des salariés des PME qui sont de plus en plus nombreux à bénéficier d'un plan d'épargne salarial, sur lequel ils peuvent verser des primes de participation ou d'intéressement. 


8/ L'entreprise a désormais un rôle social et environnemental 

Grâce à la loi Pacte, l'article?1833 du Code civil précise désormais que l'objet social de l'entreprise ne se limite plus à la recherche du seul profit mais que la société est gérée dans son intérêt social, en prenant en considération les enjeux sociaux et environnementaux de son activité?.  Elle introduite ainsi la notion de Société à mission .

Ainsi, la société peut mentionner dans ses statuts, via l'introduction de l'article 1835, sa raison d'être. Un organe de suivi, au sein duquel les salariés sont représentés, est chargé de vérifier la conformité des décisions de gestion de l'entreprise avec sa mission. 


9/ Simplifier les conditions d'accès à l'agrément ESUS (Entreprise solidaire d'utilité sociale) 

En 2020, vous saurez plus facilement si votre entreprise est éligible ou non au label ESUS et par conséquent aux avantages qui y sont associés. Les critères d'éligibilité, dont la notion d'utilité sociale qui était jusqu'alors assez floue, sont désormais précisés et la procédure d'agrément sera bientôt dématérialisée.  

Pour faire une demande d'agrément ESUS, contactez votre Direccte .


10/ Encourager le financement participatif dans les petites entreprises 

Le PEA-PME offre un cadre protecteur aux investisseurs qui souhaitent investir dans les PME et ETI. Il est constitué de titres d'entreprises de moins de 5?000 salariés et réalisant un chiffre d'affaires inférieur à 1,5 milliard d'euros.  

Avec la loi Pacte, les titres proposés sur les plateformes de financement participatif sont maintenant plus largement éligibles au PEA-PME?: titres participatifs, obligations à taux fixes et minibons peuvent y être inscrits. Le PEA-PME est également ouvert aux fonds professionnels de capital-investissement (FPCI) et aux obligations convertibles. 

Créateurs : 8 bonnes raisons de vous intéresser à la loi Pacte

mer, 03/04/2020 - 00:00
Vous avez une bonne idée mais hésitez encore à vous lancer par peur du casse-tête administratif ? Depuis la publication de la loi Pacte (Plan d'action pour la croissance et la transformation de l'entreprise) au Journal officiel du 23 mai 2019, créer une entreprise est devenu plus simple, plus rapide et moins coûteux. 

Certaines mesures juridiques et administratives sont entrées en vigueur le lendemain de la publication de la loi, de nouvelles sont applicables depuisle 1er janvier 2020. 

Voici les 8 principales mesures d'ores et déjà applicables qui peuvent intéresser tous les créateurs. 


1/ Un guichet unique pour créer facilement sa société en ligne en quelques clics 

D'ici au 1er janvier 2021, un guichet unique dématérialisé remplacera les 7 réseaux de centres de formalités des entreprises (CFE). C'est une bonne nouvelle car seules 39% des entrepreneurs français ont choisi de créer leur société en ligne, rebutés par la complexité et le manque de lisibilité du processus. 

Cette mesure qui facilite l'immatriculation en ligne va donc réduire la charge administrative qui pèse sur le créateur et lui faire gagner du temps dans son parcours de création. 

Et pour ceux qui ne sont pas à l'aise avec le numérique, une assistance sera maintenue dans les centres de formalités actuels.

La mise en place du guichet unique sera progressive entre 2021 et 2023, ce qui explique que les réseaux actuels pourront coexister avec le guichet unique. 

Toujours à horizon 2021, Un registre général dématérialisé centralisera les informations des entreprises, quelles que soient leur activité et leur forme juridique. Il vous sera donc plus facile d'identifier votre interlocuteur dans le cadre de vos démarches administratives. 

Un décret viendra prochainement préciser l'opérateur qui sera désigné pour tenir ce registre unique. 


2/ Le stage de préparation à l'installation (SPI) pour les artisans n'est plus obligatoire?! 

D'une durée de 30 heures et d'un coût estimé à 194 euros, le SPI devait être effectué?avant de pouvoir s'immatriculer au répertoire des métiers. Il est désormais facultatif, ce qui permet à l'artisan de se mettre directement à son compte. Cette mesure a donc réduit le coût de la création d'une entreprise artisanale et rétabli l'égalité avec les autres travailleurs indépendants. Par conséquent, un créateur ou repreneur d'un fonds artisanal, par exemple, peut démarrer son activité au bout d'une semaine au lieu d'un mois précédemment.  

Bien que facultatif, le SPI reste toutefois recommandé car il permet au jeune créateur d'être sensibilisé aux responsabilités d'un chef d'entreprise. 


3/ La fin du compte bancaire obligatoire pour les micro-entrepreneurs  

Depuis le 1er janvier 2020, les micro entrepreneurs ne sont plus obligés d'ouvrir un compte bancaire professionnel dédié à leur activité. Ils doivent y souscrire uniquement si leur chiffre d'affaires?dépasse?10 000 €?pendant deux années consécutives.  

Cette mesure allège les charges car le coût d'un compte bancaire professionnel est estimé à 240 € en moyenne, alors que plus de la moitié des micro-entreprises réalisent un chiffre d'affaires inférieur à 1 000 € par an.  

A noter que cette nouvelle mesure se combine à l'exonération de cotisation foncière des entreprises (CFE) instaurée par le projet de loi de finances pour 2018, pour les entreprises qui ont un chiffre d'affaires annuel inférieur à 5 000 €. 


4/ Baisse du coût du dépôt des annonces légales.  

Les annonces judiciaires et légales coûtent au créateur d'entreprise 200 euros en moyenne. Désormais, toutes les publications de presse et services de presse en ligne peuvent commercialiser les annonces légales à l'instar des journaux imprimés, dès lors que ces nouveaux supports consacrent 50% de leur publication au contenu.  

C'est donc une bonne nouvelle pour les entrepreneurs car cela signifie la mise en place d'une tarification forfaitaire qui devrait faire baisser le coût des annonces judiciaires et légales dans les 5 ans à venir. 

Cette mesure suit la logique des autres mesures de la loi Pacte pour toujours plus de simplification et de digitalisation de la création d'entreprise. 


5/ Une meilleure protection du conjoint du chef d'entreprise artisanale, commerciale ou libérale  

30% des entrepreneurs travaillent à temps plein ou à temps partiel avec leur conjoint mais près d'un tiers de ces conjoints ne sont protégés par aucun des trois statuts déjà existants (collaborateur, salarié, associé).  

Lors de la création de sa société ou lorsque l'activité du conjoint est ultérieure à la création, le chef d'entreprise sera tenu de déclarer l'activité de son conjoint et lui attribué le statut de conjoint collaborateur, conjoint associé ou conjoint salarié.  

Par conséquent, si un entrepreneur oubliait de déclarer l'activité de son conjoint, ce dernier bénéficierait de fait du statut le plus protecteur, c'est-à-dire de celui de conjoint salarié avec toutes ses implications fiscales et sociales 

De même, la loi Pacte supprime la condition de seuil pour bénéficier du statut de conjoint collaborateur. Avant l'adoption de la loi, ce statut n'était ouvert que pour les entreprises de moins de 20 salariés. 


6/ Le certificat d'utilité en matière d'innovation est rallongé et peut devenir un brevet 

Pas besoin d'être une multinationale pour innover?! Si votre trésorerie est encore tendue et que votre découverte ou innovation doit être très rapidement exploitée sur le plan commercial, optez pour le certificat d'utilité. Ce titre de propriété industrielle ne nécessite pas l'établissement d'un rapport de recherche qui peut être long comme c'est le cas pour le brevet. La durée de protection de votre certificat d'utilité pour protéger votre invention adaptée à un cycle d'utilisation court passe de 6 à 10 ans. Et encore mieux?: le certificat d'utilité peut à terme se transformer en brevet. 


7/ Un accès facilité aux marchés publics pour les petites entreprises 

TPE et PME, osez  vous lancer sur les marchés publics?! Si votre entreprise décroche un marché public, elle peut désormais exiger une avance de trésorerie de 20% du montant de la mission à réaliser. La facturation électronique également obligatoire pour les TPE depuis le 1er janvier 2020 va permettre d'améliorer les délais de paiement qui sont parfois considérables et fragilisent la trésorerie des petites entreprises.  

Un portail public de facturation permet le dépôt, la réception et la transmission des factures électroniques. Il est désormais accessible à toutes les entreprises via la plateforme Chorus Pro. 

De plus, les acheteurs publics peuvent désormais passer un marché public sans appel d'offres pour les achats innovants d'un montant inférieur à 100 000 euros HT. 


8 /L'intérêt social des entreprises officiellement reconnu 

Vous portez un projet qui répond aux enjeux climatiques et correspond à l'intérêt général ?  

 L'article 1835 du Code civil reconnaît enfin la possibilité aux sociétés qui le souhaitent de se doter d'une raison d'être dans leurs statuts, voire de devenir une entreprise à mission.  

Cette mesure très attendue, permet la prise en considération des enjeux sociaux et environnementaux dans la gestion d'une société. 

Il était temps, car plus d'un Français sur deux considère que l'objet d'une entreprise est d'être utile avant même de générer du profit.  

Infographie : quel statut juridique choisir pour mon entreprise ?

lun, 03/02/2020 - 00:00
Le choix de la structure juridique d'une entreprise est une étape importante d'un projet de création toutefois elle n'est pas l'étape essentielle, d'autant plus qu'il n'existe pas de statut juridique idéal.

Bpifrance Création met à votre disposition une infographie qui présente les principales formes juridiques et leurs incidences au niveau social et fiscal.

Elle se décompose en deux parties : créer seul ou à plusieurs.

 

Décrire son business model (modèle économique)

lun, 03/02/2020 - 00:00
Un modèle économique (ou business model en anglais) décrit précisément comment votre entreprise va gagner de l'argent et créer de la valeur. En pratique, cela revient à définir ce que vous allez vendre, auprès de quels clients, dans quel but, de quelle manière et pour quel bénéfice. La méthode présentée est celle développée dans l'ouvrage : Business Model Nouvelle Génération d'Alexander Osterwalder et Yves Pigneur.

Vers la mise en place d'un accord d'intéressement par décision unilatérale dans les TPE

lun, 03/02/2020 - 00:00
Un projet de loi déposé en date du 5 février 2020 au Sénat, est actuellement à l'étude afin de permettre aux TPE de bénéficier d'une procédure accélérée pour mettre en place un accord d'intéressement.


En effet, l'article 43 du projet de loi d'accélération et de simplification de l'action publique vise à encourager les très petites entreprises (TPE) à mettre en place, pour la première fois, des dispositifs d'intéressement au moyen d'une décision unilatérale de l'employeur. Cette mesure serait limitée aux entreprises de moins de 11 salariés qui ne disposent pas d'instances représentatives de personnel. Ce dispositif d'intéressement s'appliquerait sur une durée de 3 ans sous réserve qu'aucun accord d'intéressement n'ait été conclu depuis au moins 5 années avant la date d'effet de cette décision.


Pour rappel, actuellement dans les TPE dépourvues de représentants du personnel, l'employeur qui souhaite mettre en place un accord d'intéressement, doit proposer à ses salariés un projet d'accord qui doit être adopté par référendum à la majorité des 2/3 des salariés.

 

Principales mesures de la loi financement de la sécurité sociale pour 2020

lun, 03/02/2020 - 00:00
La loi de financement de la sécurité sociale (LFSS) pour 2020 a été publiée au JO du 27 décembre 2019. Elle comporte un certain nombre de mesures intéressant directement ou indirectement les créateurs, repreneurs et nouveaux chefs d'entreprises.


Ce document recense les principales mesures, relatives aux exonérations de charges, simplifications et dématérialisation des déclarations ou encore aux contrôles par les organismes habilités.

 

Précision sur la portée de l'interdiction de gérer

lun, 03/02/2020 - 00:00
La cour de cassation dans un arrêt rendu le 8 janvier 2020 est venue préciser pour la première fois la portée d'une décision d'interdiction de gérer frappant un dirigeant.


En effet, il est précisé que l'interdiction de gérer ne concerne que les fonctions de direction et que dans ce contexte un dirigeant qui cumulerait plusieurs mandats sociaux, ne doit pas forcément démissionner de tous ces mandats à la suite d'une telle condamnation (un dirigeant interdit de gérer peut rester ou devenir membre du conseil de surveillance d'une société anonyme par exemple). 

Précisions sur la mise en ?uvre de la taxe forfaitaire du CDD d'usage

lun, 03/02/2020 - 00:00
La loi de finances pour 2020 a mis en place, à compter du 1er janvier 2020, une taxe forfaitaire de 10 euros sur les CDD d'usages.


L'Unédic, dans une circulaire du 12 février 2020, précise les modalités de mise en ?uvre de cette taxe.

Elle concerne tous les CDD dits d'usage, c'est-à-dire ceux dont il est d'usage constant de recourir au CDD, en raison de l'activité exercée et du caractère temporaire des emplois, à l'exception :

des salariés intermittents du spectacle ;
des salariés des associations intermédiaires visées à l'article L. 5132-7 du code du travail  relevant du secteur des activités d'insertion par l'activité économique ;
des salariés dockers occasionnels ;
du personnel des entreprises relevant de secteurs d'activité couverts par une convention ou un accord collectif de travail étendu comportant des stipulations encadrant le recours aux CDD d'usage.

 
La taxe est due pour chaque CDD d'usage, à la date de conclusion du contrat. Elle ne s'applique pas au renouvellement du contrat mais elle s'applique de nouveau en cas de conclusion d'un nouveau contrat avec le même employeur.


L'employeur déclare et règle le montant total de la taxe correspondant à l'ensemble des CDD d'usage, au moyen de la DSN, à la prochaine échéance normale de paiement des cotisations et contributions sociales, le 5 ou le 15 du mois suivant en fonction de l'effectif de l'entreprise.

Webinaire Bpifrance Création : Entrepreneurs, quoi de neuf pour vous en 2020 ? le 05 Mars 2020 à 11h

ven, 02/28/2020 - 00:00
Bpifrance Création lance une série de webinaires gratuits destinés aux entrepreneurs.

Le premier se déroulera le jeudi 5 mars de 11 h à 11 h 45 et sera animé par Lila Léon, juriste Bpifrance Création.

C'est l'occasion de traiter de tous les changements entrés en vigueur depuis le 1er janvier 2020 :

les mesures de la loi Pacte,
la modification de l'Acre,
la revalorisation des seuils fiscaux,
la baisse de l'impôt sur les sociétés,
la facturation dématérialisée,
la simplification du recours aux marchés publics,etc.
N'hésitez à relayer l'information auprès de vos publics pour qu'ils puissent s'y inscrire .

Dossier Projecteurs Devenir diagnostiqueur immobilier

ven, 02/28/2020 - 00:00
Avoir recours à un diagnostiqueur immobilier est nécessaire lors de la vente ou de la location d'un bien immobilier. Ce métier allie plusieurs domaines d'expertise présentés dans ce dossier Projecteurs qui fournit également les informations essentielles pour démarrer son activité.

Baromètre 2019 du crowdfunding en France 

ven, 02/28/2020 - 00:00
La finance alternative confirme sa bonne santé, avec des projets portés à 64% par des entreprises, soit une hausse de 42% par rapport à l'exercice 2018. Parmi les projets financés pour les entreprises, les porteurs de projets sont essentiellement issus de TPE, PME et ETI (80,5% soit 775 millions d'euros). Les startups représentent, quant à elles, 13 % des projets (soit 126 millions d'euros).

France Active enrichit son Pacte Création avec un fonds d'amorçage pour les entrepreneurs les plus engagés

ven, 02/28/2020 - 00:00
Les entrepreneurs qui se reconnaissent dans les valeurs de l'ESS  pourront bénéficier d'un financement en fonds propres et d'un accompagnement renforcé à la levée de fonds. Cette offre est réservée aux entreprises d'innovation sociale en amorçage, qui cherchent un investisseur solidaire, qui veulent développer à grande échelle des solutions innovantes.

Les femmes et la création d'entreprise

ven, 02/28/2020 - 00:00
Dans une récente enquête réalisée par France Active et Bpifrance, les femmes font part de leur forte envie d'entreprendre, notamment les plus jeunes. Elles voient dans l'entrepreneuriat le moyen de concrétiser une idée personnelle et de donner plus de sens à leur vie professionnelle. Elles expriment également le besoin d'être accompagnées pour se lancer.

Document de synthèse : la loi de financement de sécurité sociale 2020

ven, 02/28/2020 - 00:00
Ce document exclusif réservé aux abonnés de l'espace Conseiller reprend les principales mesures de la loi de financement de la Sécurité Sociale 2020 concernant les entrepreneurs. Cette synthèse réalisée par les experts de Bpifrance Création compare pour chaque mesure le régime antérieur et les évolutions instaurées par la loi.

Appel à projets pour le concours d'innovation i-Nov

ven, 02/28/2020 - 00:00
Le Gouvernement lance la 5e édition du volet i-Nov du concours d'innovation. Ce volet soutient des projets d'innovation au potentiel particulièrement fort pour l'économie française portés par des start-ups et des PME. Il permet de cofinancer des projets de recherche, développement et innovation, dont les coûts totaux se situent entre 600 000 et 5 millions d'euros, et de contribuer à l'accélération du développement et de la mise sur le marché de solutions innovantes à fort contenu technologique. La date limite de dépôt des candidatures est le 12 mai 2020.

Les crédits bancaires à court terme

jeu, 02/27/2020 - 00:00
Les crédits bancaires à court terme ont pour objet d'assurer l'équilibre de la trésorerie de l'entreprise. Ils permettent par exemple de couvrir un temps de stockage, des périodes de fabrication ou des délais de règlement consentis aux clients en faisant face aux dépenses courantes de l'activité (salaires, loyers, etc.).

Ils sont classés dans deux catégories : les crédits de trésorerie et les crédits de mobilisation de créances. 

Pages

NOS SOLUTIONS

ASSUR'EI est une marque 100% Dédiée aux auto-entrepreneurs, micro-entrepreneurs et entrepreneurs individuels.

Toutes les solutions pour vous assurer :

  • Responsabilité civile professionnelle
  • Décennale
  • Dommage Ouvrage
  • Multirisques professionnelle

 1er cabinet de courtage dédiée à l’entreprise individuelle. ASSUR'EI.

 

 

Nous contacter

  • CHATEL ASSURANCES ASSUR'EI 
  • 3 Allée d'Euromédoc, Bât D.A.A.
      33160 ST AUBIN DE MEDOC, FR
  • Téléphone: 05 35 54 08 08
  • Email: contact@assurei.fr
  • Courtier d'assurance inscrit à l'orias sous le N°09050177 (http://www.orias.fr)

ASSUR'EI est une marque commerciale de CHATEL ASSURANCES